Où souhaitez-vous
partager cette page ?

Menu
RechercherRecherche Nous joindre
  • Campagne Lave ton bateau – été 2024

    Téléchargez le dépliant de la campagne

    Pour la santé de nos lacs
    Conjuguons plaisir et responsabilité

    Prévenons la prolifération des Espèces Aquatiques Exotiques Envahissantes

    Qu'est-ce qu'une EAEE ?

    Une Espèce Aquatique Exotique Envahissante (EAEE) est un végétal, un animal ou un micro-organisme dans un milieu où elle n'est pas naturellement présente.

    Dans la région, plusieurs lacs sont infectés par du myriophylle à épis, des écrevisses à taches rouges, des cladocères épineux, etc.

    L’introduction accidentelle se fait principalement par les activités humaines, d’où l’obligation de faire laver les embarcations et les équipements nautiques à la station de lavage située au 245, chemin Masson (garage municipal).

    Puisque les EAEE n’ont généralement pas de prédateurs dans leur nouveau milieu, cela favorise leur prolifération et il est difficile, voire impossible, de les éradiquer et leur contrôle est coûteux.

    Les impacts sur nos lacs

    Seule la prévention permet d’éviter la propagation des Espèces Aquatiques Exotiques Envahissantes.

    Impacts environnementaux

    • Dégradation des écosystèmes

    • Perte ou modification de la biodiversité animale et végétale

    • Accumulation de sédiments 

    Impacts sociaux

    • Perte de jouissance des utilisateurs des plans d’eau (baignade, bateau, canot, kayak, pédalo, pêche, etc.)

    • Menace à la santé humaine (maladies)

    Impacts économiques

    • Diminution de l’attrait touristique pour le lac

    • Diminution de la valeur foncière des propriétés riveraines

    • Augmentation des taxes due aux coûts élevés pour la gestion des EAEE

    Nos plans d’eau sont en danger !

    Un nettoyage efficace des équipements, loin de tous plans d’eau, contribue à préserver l’équilibre de votre environnement.

    Soyez prévenant en suivant ces étapes avant la mise à l’eau de votre embarcation.

    4 étapes à effectuer loin de tous les plans d’eau

    INSPECTER tout ce qui a touché à l’eau et retirer tous les organismes qui y sont accrochés.

    VIDER et drainer toute eau qui peut se trouver dans l’équipement (bottes, filets, glacières, etc.).
    Vider l’eau qui pourrait se trouver à bord avant de partir.

    NETTOYER et sécher tous les équipements.

    RÉPÉTER l’opération après chaque visite d’un nouveau plan d’eau.

    Vous pouvez suivre cette vidéo du Conseil régional de l'environnement des Laurentides qui fait un rappel des bonnes pratiques liées au lavage des différents types d'embarcations pour éviter l'introduction d'espèces aquatiques envahissantes :

    https://www.youtube.com/watch?v=Fq_FJEVKCfg&t=138s

  • L’ESCOUADE PISSENLIT est de retour dans notre MRC.

    En mai, nourrissez les abeilles !

    Dans la foulée du mouvement mai sans tondeuse, la population est invitée à laisser fleurir les pissenlits avant de les couper. Loin d’être un mal-aimé, le pissenlit fait partie des premières sources nourricières du printemps pour les abeilles et tous les autres pollinisateurs.

    Les 10 municipalités de notre région ont été sensibilisées à la cause et disposent de toutes les informations nécessaires pour renseigner et encourager les citoyens à poser des gestes concrets autour d’eux.

    Une victoire pour la biodiversité

    Le pissenlit est une plante remplie de vertus. Il est reconnu pour ses propriétés médicinales, il appartient à la famille des laitues et est entièrement comestible. Chaque nouveau coin de verdure laissé à lui-même est une petite victoire pour la biodiversité.

    Saviez-vous que le pissenlit, perçu par la plupart d’entre nous comme une mauvaise herbe, est très riche en nectar et en pollen qui contribuent au miel printanier ? Mais surtout, le pissenlit permet de nourrir les jeunes colonies d’abeilles du Rucher Collectif qui ont survécu à l’hiver. Cet aliment leur est essentiel afin de recharger leurs batteries et ainsi se développer en santé et en abondance.

    Mai sans tondeuse

    En mai, mettre sa tondeuse en veilleuse est un geste simple aux multiples retombées: moins de pollution sonore, d’émission de gaz à effet de serre (GES), d’utilisation de l’essence et plus de temps afin de planifier son aménagement de façon plus naturelle. En laissant place aux végétaux indigènes, plus résistants aux nouvelles réalités climatiques, dont les sécheresses, notre jardin se transforme en sanctuaire pour la biodiversité.

    L’organisme le Rucher Collectif

    L’escouade pissenlit est une activité du Rucher Collectif qui entame sa 6e année dans les Pays-d’en-Haut. Le Rucher se veut un outil d’éveil social afin de sensibiliser la population aux enjeux environnementaux, à la fragilité de la biodiversité, à la sécurité alimentaire et se donner la main, travailler ensemble tout comme le font les abeilles. Le Rucher Collectif est actif dans la communauté et il invite les municipalités, instances et citoyens à poser des gestes pour attirer et nourrir les pollinisateurs.

    Pour les enfants

    Vous pouvez télécharger ce dessin à colorier. Mettez-y de la couleur !

  • Myriophylle à épis – informations et plan d'action

    En juillet 2021, un herbier de myriophylle à épis a été décelé au lac Masson, près du débarcadère, entre le quai municipal et la marina du Viking Resort. La Ville a pris cette situation très au sérieux et travaille depuis à mettre en place des mesures pour stabiliser la situation et éviter la propagation de cette plante aquatique exotique envahissante (PAEE).

    PLAN D'ACTION 2023 – Gestion des espèces exotiques envahissantes : myriophylle à épis au lac Masson.xlsx

    Qu'est-ce que le myriophylle à épis ?

    Le myriophylle à épis (Myriophyllum spicatum) est une plante aquatique submergée qui n'est pas originaire du Québec, on la qualifie donc d'exotique. Elle possède peu de prédateurs naturels et s'avère être une compétitrice aux plantes indigènes, au point de devenir envahissante.

    En plus de la rareté des prédateurs naturels, le myriophylle à épis dispose d'un atout supplémentaire : il peut se reproduire par fragmentation de la tige. Ainsi, un petit morceau de tige sectionnée peut prendre racine et donner naissance à un nouveau plant.

    Attention! Ne coupez pas les tiges. Rappelez-vous qu'un simple fragment de myriophylle à épis peut donner naissance à un nouveau plant.

    Comment le reconnaître ?

    Les espèces de myriophylles originaires du Québec ont également des feuilles verticillées, divisées et plumeuses. Pour les identifier et savoir les distinguer du myriophylle à épis, qui est l'espèce exotique envahissante, il suffit de compter le nombres de paires de folioles sur plusieurs feuilles, à différents endroits de la tige.

    Le myriophylle à épis possède 12 folioles et plus par feuille alors que les myriophylles indigènes en possèdent généralement moins de 12.

    Consultez la Fiche d'identification du myriophylle à épis pour apprendre à le reconnaître et à le distinguer des espèces indigènes.

    Comment éviter sa propagation ?

    À la sortie d'un plan d'eau et avant d'en visiter un autre :

    1. Inspectez l’embarcation, la remorque, l’équipement et le matériel afin de retirer entièrement la boue, les plantes aquatiques et les débris visibles. Il importe de les jeter dans un endroit qui évitera leur réintroduction dans le milieu naturel.
    2. Videz toute eau se trouvant dans l’embarcation, par exemple dans les viviers, le moteur, la cale et les glacières.
    3. Nettoyez l’embarcation, la remorque ainsi que tout équipement ayant été en contact avec l’eau. Il est recommandé d’utiliser une laveuse à pression, à une pression de 2600 psi, pour permettre de bien déloger les organismes sans endommager l’embarcation. L’utilisation d’eau froide est tout à fait acceptable. Toutefois, l’utilisation d’eau chaude à 50°C permet, en plus de déloger les organismes, de les tuer.

      OU

      Séchez l’embarcation, la remorque et l’équipement pendant au moins cinq jours, à un taux d’humidité de 65% ou moins, avant d’accéder à un autre plan d’eau.

    Vous trouverez des informations supplémentaires dans le guide Le myriophylle à épi - petit guide pour ne pas être envahi réalisé par le Conseil régional de l'environnement (CRE) des Laurentides.

    Les villes de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et d'Estérel ont publié un dépliant résumant les mesures à adopter par les plaisanciers pour éviter de coloniser de nouveaux plans d'eau.

    Liens utiles

    • [Vidéo] CRE Laurentides - Webinaire sur les plantes aquatiques envahissantes (PAEE) - 15 juin 2022
    • [Rapport] Groupe Hémisphère - Rapport d’inspection sur la présence de myriophylle à épis au lac Masson - 4 août 2021
    • [Vidéo] Environnement Québec - Le myriophylle à épis au Québec
    • [Page Web] Environnement Québec - Myriophylle à épis
  • Regroupement des lacs et des cours d'eau de Sainte-Marguerite–Estérel (RDL)

  • Politique environnementale

    La politique environnementale contribue à faire de la protection et de la mise en valeur de l’environnement, l’une des principales clés de prise de décision pour la municipalité.

    Politique environnementale 2018-2019 - Document officiel

    SMDLM - Résumé - Politique environnementale

  • Plan directeur des parcs et sentiers

    Ce Plan directeur des parcs et sentiers a pour objectif de doter la Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson d’un outil de planification qui guidera la prise de décision en matière d’aménagement des territoires récréatifs. Ce Plan directeur permettra à l’administration municipale, de même qu’aux décideurs, de mesurer les enjeux qui guideront les actions à prendre au cours des dix prochaines années.

    Plan directeur des parcs et sentiers

  • Réglementation - Périodes d'arrosage

    Utilisation de l'eau potable de la Ville

    L'eau potable de notre aqueduc municipale est une ressource bien précieuse. Découlant de ce fait et en accord avec le plan d’action de notre politique environnementale, la Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson tient à vous rappeler certaines normes en lien avec le règlement #91-2015 concernant l’utilisation de l’eau potable provenant du réseau de distribution municipal. 

    Périodes d’arrosage

    L’arrosage des pelouses, haies, arbres, arbustes ou autres végétaux distribué par des asperseurs amovibles ou par des tuyaux poreux est permis uniquement de 20 h à 23 h les jours suivants :

    a) un jour où la date est un chiffre pair pour l’occupant d’une habitation dont l’adresse est un chiffre pair ;
    b) un jour où la date est un chiffre impair pour l’occupant d’une habitation dont l’adresse est un chiffre impair.
    Quant aux systèmes d’arrosage automatique, il est permis d’arroser uniquement de 3 h à 6 h le dimanche, le mardi et le jeudi.

    Nouvelle pelouse et nouvel aménagement

    Il est permis d’arroser tous les jours de 20 h à 23 h, une nouvelle pelouse, une nouvelle plantation d’arbres ou d’arbustes et un nouvel aménagement paysager pour une période de 15 jours suivant le début des travaux d’ensemencement, de plantation ou d’installation de gazon en plaques. Toutefois, prenez note que les propriétaires devront obtenir un certificat d’autorisation auprès de la Ville indiquant la date de début et de fin de l’arrosage. Le permis doit être affiché à un endroit apparent pendant cette période. Enfin, l’arrosage d’une pelouse implantée à l’aide de gazon en plaques est permis en tout temps pendant la journée de son installation.

    Véhicules, entrées d’automobiles, trottoirs, rues, patios ou murs extérieurs d’un bâtiment

    Le lavage des véhicules est permis en tout temps à la condition d’utiliser un seau de lavage ou un boyau d’arrosage muni d’un dispositif à fermeture automatique. Le lavage des murs extérieurs d’un bâtiment n’est permis que deux fois par année soit une fois entre le 1er avril et le 15 mai et une seconde fois entre le 1er septembre et le 15 octobre ainsi que lors de travaux de peinture, de construction, de rénovation ou d’aménagement paysager justifiant le nettoyage des entrées d’automobiles, des trottoirs, des patios ou des murs extérieurs du bâtiment.

    Notez qu’il est strictement interdit, en tout temps, d’utiliser l’eau potable pour le lavage des entrées d’automobiles, faire fondre la neige ou la glace des entrées d’automobiles, des terrains, des patios ou des trottoirs.

    Merci de votre précieuse collaboration.

  • Analyse de la vulnérabilité des sources pour les prélèvements d’eau souterraine

    L’usine de production d’eau potable de la Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson utilise une source d’eau souterraine, constituée de trois puits.

    Les installations alimentent la ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson ainsi que la municipalité de l’Estérel, pour un total d’environ 1 647 habitants.

    Le site de prélèvement d’eau de surface est donc classé de catégorie 1 (soit plus de 500 personnes desservies) et est assujetti à l’article 68 du Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP).

    Rapport d’analyse de la vulnérabilité des sources pour les prélèvements d’eau souterraine – février 2021 (107 pages)

Refermer
Restez informé

Inscrivez-vous à notre infolettre

Casse-Croûte chez Claudette

Plat à emporter, restaurant avec terrasse, restaurant avec stationnement, accueille les groupes, permis d'alcool.